Questions Fréquentes
Contactez-nous
Belco
Se connecter
Café08 février 2024

Pourquoi on aime tant le Bésil avec FAF Coffees ?

Bob-o-Link, Rancho Dantas ou Bobilon : vous avez remarqué que les cafés de FAF Coffees gardent une belle place dans notre offre, année après année. Parce que la vision d’un autre Brésil continue de nous animer. Vera Baier est la responsable Impact et Communication de FAF Coffees. Nous avons profité de sa venue chez nous pour en parler avec elle.

La ferme FAF, pionnière de l’agriculture biologique au Brésil

Au départ de FAF Coffees, il y a d’abord la ferme FAF, Fazenda Ambiantal Fortaleza, et la famille Croce. Marcos, le père, et sa femme Silvia qui a hérité de la ferme au début des années 2000. Ensemble, ils sont les pionniers de l’agriculture biologique au Brésil, avec un modèle de ferme régénérative.

Aujourd’hui, la vingtaine d’hectares de la ferme est devenue un laboratoire pour les 200 producteurs qui leur font confiance pour exporter leur café. Et, c'est le fils, Felipe, qui dirige désormais l’activité familiale.

Vera Baier, responsable Impact et Communication de FAF Coffees

Vera nous explique le fonctionnement : « Dans la ferme, on prend les risques que les producteurs ne peuvent pas se permettre. On teste de nouvelles variétés, de nouvelles méthodes. On met en place des mesures d’impact carbone, de biodiversité. Parce qu’il faut prouver aux producteurs que ça marche ».

FAF Coffees, un modèle qui mise sur le long terme

Au Brésil, l’immense majorité des producteurs continue de vendre son café selon le prix boursier. L’enjeu ? Vendre le plus vite possible et rembourser les investissements, souvent en herbicides et fertilisants, de la dernière récolte.

FAF Coffees préfère mettre en place des projets d’accompagnement, sur le long terme, pour que chaque producteur progresse à son rythme. C’est le cas, par exemple, du projet Lado a Lado emmené par Rafael Marques, dans la région d’Espirito Santo.

Dans un van transformé en laboratoire, Rafael sillonne la région avec son équipe et rencontre les producteurs. Il déguste leur café avec du matériel professionnel et leur donne un feedback immédiat. Une stratégie gagnante, pour améliorer la qualité totale du café, des pratiques agricoles jusque dans la tasse.

« De cette manière, les choses mettent du temps. Mais, c'est aussi le rythme de la nature. On travaille avec beaucoup de fermes en transition, qui s’engagent pour faire les choses différemment. Et, pour progresser dans la durée, il faut de la patience », nous dit Vera.

Travailler avec la nature, et non à côté d’elle

Au Brésil, il existe une loi qui exige des producteurs de consacrer au moins 20 % de leur exploitation agricole à la préservation de la forêt. Concrètement, cela veut aussi dire que les 80 % restants peuvent être cultivés en monoculture intensive.

L’idée de FAF Coffees est de développer un autre modèle, dans lequel la production s’intègre à la nature, entre la préservation et la production de café. Ici, il s’agit de travailler avec la nature, et non pas à côté d’elle.

Pour y arriver, le travail de transition est colossal, et l’idéal se teinte rapidement de pragmatisme : « La 1ʳᵉ chose que l’on demande à un partenaire, c’est la liste des fertilisants qu’il utilise. Ensuite, on met un plan en place pour réduire leur utilisation. C’est impensable de lui demander de planter des arbres d’ombrage dès le départ. On commence par lui montrer qu’un sol non traité retrouve rapidement une excellente santé, et on avance ».

Et, c’est là que les expérimentations de Felipe Croce, à la ferme, prennent leur sens. Parce qu’elles permettent de prouver, concrètement, qu’il est possible de produire un café plus respectueux de l’environnement.

Les vérifications, plutôt que les certifications

On le rappelle, mais la majorité des fermes avec lesquelles FAF Coffees travaille sont de petites exploitations. Elles n’ont bien souvent aucune ressource pour trouver des alternatives et s’écarter du modèle traditionnel.

« Le plus gros impact que l’on peut avoir, c’est lorsqu’on commence à travailler avec un producteur qui est encore dans le modèle traditionnel. En moyenne, celui-ci n’utilise plus aucun fertilisant ou herbicide dans les 3 ans. D’où l’idée de trouver d’abord des producteurs qui ont envie de changer et ont besoin de nos ressources, avant de travailler avec ceux qui se sont déjà lancés sur cette voie ».

C’est pourquoi, au-delà des certifications, FAF Coffees mesure les progrès de ses partenaires, tous les ans. Parce qu’un critère n’est peut-être pas parfait cette année, mais il est meilleur que l’année dernière, et s'améliorera encore l’année prochaine.

Comme sourceur de café, avec la volonté de construire une filière plus durable, au contact des producteurs sur le terrain, c’est forcément une vision qui nous parle. Et que nous partageons avec vous, au travers de notre offre Brésil !

Rédaction: Stéphane

Responsable éditorial

Publié le 04/10/2023

| Mis à jour le 08/02/2024